Handicap à Taroudant : Diagnostic des Parents (Mars 2016)

Les jeudi 24 mars 2016 et vendredi 25 mars 2016, l’Association ASPH a organisé 4 ateliers avec les parents des enfants handicapés dont elle assure la prise en charge. Ces groupes ont reçu au total plus de 120 parents, à qui il a été demandé de participer à un diagnostic de leur expérience du handicap et de leurs difficultés dans la Province de Taroudant.

Règles concernant la tenue des Ateliers

  1. Écoute active
  2. Respect réciproque des participantes et participants
  3. Participation positive importante

Méthode de travail

Partager les participants en groupes de 07 à 08 personnes entre les 04 éducatrices du centre Tadamoun.

Le but de ce travail

Identifier les principaux domaines d’exclusions et de précarité où les personnes en situation de handicap (PSH) rencontrent quotidiennement des difficultés et des obstacles dans leur vie quotidienne.

L’équipe d’animation a entamé le diagnostic par un brainstorming dont les sujets évoqués par les participants sont :

  1. Les administrations publiques : l’augmentation des bourses annuelles
  2. Les hôpitaux et centres de santé
  3. L’éducation nationale
  4. L’emploi
  5. Les transports et déplacements
  6. L’accessibilité
  7. La Famille
  8. La Communauté

Ensuite, les éducatrices orientent les participants pour parler de leurs problèmes et besoins réels :

  1. Le Transport et les Déplacements

  • le manque de moyens de transport spécifiques aux PSH,
  • dévalorisation de la carte d’adhésion de l’association ASPH ou celles de transport
  • absence d’esprit d’aider ses personnes en tant que sujets invalides
  • éloignement des services publics ou de l’association
  • manque de moyen de transport propre de l’association ASPH qui sera disponible pour le déplacement des personnes en situation de handicap (PSH).
  • absence d’accessibilité
  • dévalorisation des capacités des PSH
  • inégalité d’accès aux emplois et aux stages
  • absences de communication entre les employeurs et les PSH.
  1. L’Éducation

  • Absence des écoles intégrées au milieu rural (CLIS)
  • Manque de classes spécifiques aux PSH
  • Absence d’accessibilité dans les établissements publics et privés depuis le préscolaire jusqu’aux autres niveaux d’études suivants
  • La précarité et le mépris des PSH par les étudiants
  • Absence de sécurité au sein des écoles des personnes valides
  • Manque de cadres qualifiés et satisfaisant aux besoins des (PSH) dans les écoles
  • Manques d’espaces de loisirs et activités selon les capacités des PSH
  • Absence de programmes spécifiques
  1. La Santé

  • Insuffisance des services médicaux (médicaments non disponibles)
  • La cherté des services médicaux
  • La cherté des matériels (chaises roulantes, prothèses,… etc)
  • Manque des services gratuits au sein des centres de santé ruraux et urbains
  • Manque de moyens et de ressources financières suffisantes aux traitements et aux médicaments
  • Une carte spécifique à cette catégorie de personnes
  • Demande d’un psychothérapeute
  • Demande d’un orthophoniste
  • Demande d’un spécialiste de la visiothérapie
  • Aide financière et morale
  1. La Famille et la Communauté

  • Regards négatifs envers les personnes en situation de handicap
  • Dévalorisation et mépris de cette catégorie
  • Inconscience de certaines familles et inégalités des chances au sein de la maison (Participation au cas de prise de décision)
  • Ironie des autres
  • Manque de communication
  • Exploitation des enfants (PSH) dans la mendicité
  • Négligence de l’enfant PSH de la part de certains parents notamment le père
  • Pauvreté et manque de moyens financiers accentuent les problèmes et rendent la vie difficile de l’enfant et la maman qui ne sais plus ce qu’il faut faire.
  1. Les Établissements publics

  • Manque d’accessibilité
  • Manque de communication
  1. Autres

  • Manque de conscience des PSH de leurs droits et leurs devoirs
  • Manque de formations dans d’autres domaines à utilité première
  • Absence du rôle de l’assistance sociale pour aider les PSH
  • Manque des journées de sensibilisation au sein des écoles
  • Absence des centres d’écoute
  • Violence envers les PSH

 

Conclusion

Après avoir identifié les problèmes et les obstacles, pour terminer, les animatrices durant ces deux jours, ont demandé aux participants de proposer des solutions à leurs besoins.

Les solutions proposées

  • appui et accompagnement psychologiques des PSH et des familles
  • création d’une cellule de communication et d’orientation au sein de l’ASPH
  • création des centres de qualification professionnelle en faveur des PSH
  • création d’un centre pluridisciplinaire (kinésithérapie, psychomotricité, orthophonie, éducations formelle et non formelle
  • des atelier de formation professionnelle pour des métiers convenant aux PSH
  • création des classes d’intégration scolaire (CLIS) dans le monde rural
  • création des centre d’écoute et de groupe de parole
  • accès aux divers projets
  • changements des connaissances, d’attitudes, et pratiques (CAP) à travers la sensibilisation et la formation de communautés
  • assurer un moyen de transport propre à l’ASPH
  • création des activités diverses pour les PSH
  • organisation des cycles de formation à la faveur des membres de l’ASPH ainsi que les assistants
  • application de la  circulaire ministérielle concernant les emplois publics réservés aux PSH.

 

Résumé

Comme nous venons de voir, les résultats des ateliers reflètent la réalité difficile  de la vie de ces personnes en situation de handicap dans la Province de Taroudant.  Il est devenu indispensable voire urgent que les acteurs locaux et sociaux p interviennent avec une efficacité active et réelle. Tout cela pour intégrer cette catégorie de personnes dans leurs politiques publiques sans discrimination et d’une manière équitable, en tenant compte qu’ils sont des citoyens à part entière qui ont des droits et devoirs, sans considération de différence ni de rejet.